Glycogénose de type II - Maladie de Pompe

Déficit en acide maltase, en alpha-1-4-glucosidase

Le Professeur POMPE, un anatomo-pathologiste hollandais, a décrit cette maladie dans les années 1930 parce qu'au moment du décès ces nourrissons avaient de façon typique un très gros coeur et un très gros foie avec une accumulation significative de glycogène dans le cerveau et les muscles. On doit signaler que le Professeur POMPE a été tué à cause de ses activités anti-nazies juste à la fin de la guerre.

Bien que cette maladie ait été décrite très tôt, ce n'est que récemment qu'elle a été élucidée et que son déficit biochimique sous-jacent a été connu. Les enzymes habituelles intervenant dans la synthèse et la dégradation du glycogène ont toutes une activité normale ; il y a cependant une énorme accumulation de glycogène de structure normale dans tous les tissus. Il est maintenant bien connu que le déficit est dû à un défaut d'activité d'une enzyme lysosomale, l'alpha-1-4-glucosidase, encore appelée maltase acide. En l'absence d'activité de cette enzyme lysosomale, le glycogène qui s'accumule dans les lysosomes pendant la dégradation tissulaire augmente de façon importante et entraîne des lésions d'ordre mécanique. Le lysosome est limité par une membrane si bien que le glycogène à l'intérieur des lysosomes ne peut pas être catabolisé par les enzymes qui sont présentes dans les cellules.

Nous connaissons au moins trois formes de cette maladie; la plus commune est la forme infantile. Les nourrissons présentent durant les premiers mois de la vie une faiblesse musculaire et semblent s'affaisser ; ils sont incapables de tenir leur tête et n'ont pas les activités motrices normalement présentes à cet âge. Les muscles ne sont pas diminués de volume. Le foie est augmenté de taille et le coeur est habituellement très gros. Ce très gros coeur est une clé importante pour le diagnostic ; l'électro-cardiogramme montre des anomalies qui sont tout à fait caractéristiques. La faiblesse musculaire importante qui touche également les muscles respiratoires et l'atteinte cardiaque conduisent habituellement au décès au cours des premiers mois de la vie (l'âge moyen au décès est d'environ 6 mois).

Dans la forme juvénile, la maladie débute plus tardivement, chez le grand nourrisson ou plus tard, et progresse plus lentement que dans la forme infantile. L'atteinte des organes varie selon les individus mais la faiblesse musculaire est toujours présente. La durée de vie pour ce groupe est plus longue que dans le premier groupe mais il n'y a pas de publications d'enfants ou d'adolescents ayant survécu au-delà de l'âge de 19 ans.

Le troisième groupe de malades qui constitue la forme adulte de la maladie ne montre habituellement pas de signes d'atteinte des organes mais seulement une faiblesse musculaire qui peut simuler une myopathie chronique. Certains de ces sujets peuvent présenter une insuffisance respiratoire due à la faiblesse des muscles respiratoires et ceci est très important sur le plan clinique. Nombre de ces patients, actuellement à l'âge moyen de la vie, vivront longtemps, même si leur durée de vie est un peu réduite. L'atteinte cardiaque ne parait pas avoir une importance dans cette forme.

L'anomalie biochimique chez tous ces malades est semblable; il y a un défaut d'activité de l'alpha-1-4-glucosidase lysosomale. Ce déficit peut être montré dans les leucocytes, les fibroblastes en culture et les biopsies de muscle et/ou de foie. L'analyse des biopsies musculaires montre une augmentation importante du glycogène de structure normale; l'examen en microscopie électronique de ces biopsies montre également une quantité importante de glycogène dans les lysosomes.

Il n'y a pas de traitement curatif; un régime riche en protides a été recommandé pour améliorer cliniquement ces malades. Les patients les plus âgés en particulier doivent avoir un plan bien établi lorsque surviennent des complications, par exemple une infection respiratoire. Les adultes avec cette maladie doivent être régulièrement explorés sur le plan des fonctions respiratoires.

Puisque l'alpha-1-4-glucosidase est normalement présente dans les cellules du liquide amniotique, cette affection peut être (et a déjà été) diagnostiquée pendant la grossesse. La forme infantile aiguë peut être facilement diagnostiquée pendant la grossesse dans les familles où l'affection est présente. Le diagnostic anténatal est fiable et précis.

Le futur: Cette enzyme a été purifiée et des progrès considérables ont été faits en ce qui concerne la biologie moléculaire du gène.
Bientôt une enzyme de remplacement sera utilisée pour traiter la déficience en acide maltase.
De grands espoirs sont attendus pour le traitement de ces glycogénoses, mais il faudra encore faire preuve de patience !!

Pour plus d'informations, contactez notre antenne Type II :

Christelle FAURE

E-Mail - Site